Je vous ai quitte hier soir vers deux heures du matin heure locale. Il est donc evident qu'a l'euphorie du lundi suive la fatigue du mardi (Confucius). Lever tot (trop), deux quarts de finale de volley feminin dont un tres beau Bresil Japon. Mais nous, ce que nous attendions, c'etait Yann Cucherat en finale des paralleles (nous devions le retrouver le lendemain demain), mais surtout, les filles du hand car nous avions en poche des places pour les 1/2 et la finale. C'est donc sur internet que nous avons suivi ce match. A la lecture des resumes, nous imaginions la tension qui pouvait reigner. Baptiste avait le poul a 280 (je sais ca vous semble beaucoup, mais lui bat a 210 au repos!) et frolait la syncope. Mais lorsque le site de l'equipe affiche France 32 Russie 31, nous dechirons la nuit Pekinoises de nos hurlements primitifs et entamons notre danse du "qui ne saute pas etc". Des frissons dans tous les sens. Ca signifiait pour nous deux journees extraordinaires. C'est alors que je me rassieds pour transferer les photos d'hier sur note album. Je lis alors la suite de l'article... en plus petits caracteres "apres quatre prolongations de 5' les francaises on craque"... et nous avec elles. Quelle est ce stagiaire d'aout qui s'est trompe dans sa frappe!

Nous serons des demain au club France pour echanger notre bien precieux. Parce que ce qui nous sauvera peut-etre, c'est que les garcons rencontrent eux aussi les russes et que s'ils les battent, nous proposerons aux Russes nos places filles contre leur places homme. Vous m'avez suivi?

Allez voir notre album, ca vous replongera au moins dans notre belle soiree d'hier.

Il est temps que j'aille moi aussi me coucher... je n'avais jamais eu sept enfants a la maison... sans l'aide ma femme!